BangBang : bangbangblog.com

Tour d'ivoire

Critique d’ « Emery Street », premier effort de Seb Black

Gabriel Marquis
6 juin 2013

Seb qui ?

Black, tout simplement. Ou Sebastian Schwarz, pour les intimes dont je ne suis pas.
Musicien (presque) trentenaire et co-gestionnaire des studios Emery Street à Montréal, il a sorti son premier album, On emery Street le 30 mai aux Katacombes.

Vous ne connaissiez pas ? Moi non plus.

Ça sonne comment ?

Imaginez-vous un dimanche après-midi sur une terrasse à boire de la Guinness en compagnie de Tom Waits et des Pogues qui dévisagent MGMT jouant à la « cenne » dans des pichets pina-colada. Tout un programme !

Et disons-le, ça tient étonnamment bien la route. Dès la première pièce éponyme, on se demande comment ce drink fusion folk-trad-électro-waitesque peut avoir un goût aussi unique, presque familier. Puis, on cesse de se questionner et on se laisse entrainer au groove des quatre premiers titres.

L’essai est déjà concluant. Pourtant, pour ceux dont le son « électro » est moins la tasse de whiskey, c’est la seconde partie de l’album, résolument plus folk et soul, qui risque d’attirer l’attention. Ainsi, la magistrale « Got Twist », suivie de la soul « Way down the Line » (voir l’influence Black Keys ici) et de la touchante « Trouble » constituent à mon sens les meilleur moments de ce premier effort.

Niveau réalisation, mixage et prise de son, le travail est par ailleurs impeccable, ce qui constitue un tour de force étant donné la richesse des influences.

Le seul véritable bémol- et non le moindre – est cette ressemblance au final frappante avec Tom Waits. Malgré la fusion des styles, la voix de Seb Black est si proche de celle du chanteur légende qu’il m’est arrivé d’oublier que je n’écoutais pas un de ses disques…

Et quand on y pense, Tom Waits a lui-même joué d’influences multiples dans ses chansons.

Cette proximité n’est peut-être pas dramatique. Après tout, plusieurs auront remarqué la grande similarité entre la voix de Séba de Gatineau et celle de Biz de Loco Locass, deux groupes œuvrant dans le rap québécois, tout en conservant un fossé stylistique.

Sauf que Loco Locass n’est pas Tom Waits.

3,8/5

Pas encore de commentaire.

Tour d'ivoire

Gabriel Marquis

Du haut de ma tour, je ne juge rien. J'suis pas nécessairement l'exemple qu'on donne aux enfants.

RUBRIQUES