BangBang : bangbangblog.com

Tour d'ivoire

Cinq façons ingénieuses d’aimer le temps des fêtes

Gabriel Marquis
16 décembre 2013

Revoilà revenu le temps où les gens vont immanquablement se plaindre de la cohue des fêtes sur les réseaux sociaux. Devant des arguments tels que « Noël est une fête commerciale », « les crèches, ça pue », « le père Noël est un pervers » et « criss que j’haï Marie Michèle Desrosiers », je vais devoir me lancer corps et âme à la défense des vertus des cannes, des boules et du gui.

Plutôt que d’entamer ici un énième débat sur Noël, je vais plutôt immiter les revues sur lesquelles on retrouve Maxime Landry et vous donner 5 astuces pour réussir vos fêtes.

Croyez-le , Maxime Landry a très hâte de recevoir pour Noël !!!

1-Les fêtes, c’est comme une pignata : tant qu’à varger sur elles, mettez-y donc ce que vous voulez y trouver.

Pour la personne agnostiquement athée que je suis, Noël et le temps des fêtes devraient être une sainte horreur ostentatoire. Pourtant, non. J’ai toujours adoré cette période de l’année et encore plus depuis mes huit ans, âge auquel j’ai arrêté de croire au Père-Noël et au barbu sur la croix.

La raison en est fort simple. Les fêtes représentent pour moi un moment de pause symbolique avant le passage à la nouvelle année. Une occasion de prendre du recul, de se donner un peu de lest, de passer du bon temps avec sa famille et ses amis.

Si vous êtes du genre à courir les party plattes et les centres d’achats où on joue le disque de noël de Jean-François Breau et Marie-Ève Janvier depuis octobre, vous risquez la dépression grave. Principalement si en prime, vous n’accordez aucune importance spirituelle à vos actes.

J-F Breau a l'air de Will Ferrel.

Faites-vous votre propre Noël, votre contre-culture des fêtes: mettez le feu à une église et dansez autour, faites un diner de con et invitez votre famille…Si vous êtes Rémi sans famille, créez votre Noël des chats perdus…

2-Ne montez pas votre sapin en novembre.

Le temps des fêtes, ça commence avec le début de ciné-cadeau et les chocolats chauds à la guimauve, avec la première tempête de neige qui restera au sol et le remplissage du minibar. Pas par un samedi de novembre pluvieux avec une parade de jouets commanditée par Urgel Bourgie.

Montez votre sapin mi-début décembre, vous allez vous sentir mieux.

BONUS: Mettre des poupées voodoo dans votre arbre, c’est vraiment cool et païen. Voir point 1.


3- Mettez du Baileys dans votre café.

Moi j’ai commencé ce matin. Et je le ferai jusqu’au 2 janvier.

Tous les matins.

4-Écoutez de la musique de Noël qui tue les centre d’achats

Si on vous a dit que les chansons de Noël, c’était de la marde, ben on vous a partiellement menti. Mais c’est vrai que les artistes québécois ont produit leur lot de matière fécale en terme de musique cantique. Y’a encore de l’espoir au sud de Laval et à l’est de Sainte-Foy.

Voici quelques suggestions « locales » pour votre musique des fêtes :

Yesterday’s Ring- X mas on the Road.

Yesterday’s Ring, alter egos country des défunts Sainte Catherines, ont enregistré un album de chansons de Noël, dont ce titre original. Pas loin de Fairy tales of New-York des Pogues en qualité. Avec Colin Moore en prime !

Caféine- Love disease

Le nouveau Xavier Caféïne a aussi une à-peu-près-toune-de-Noël.

Les Breastfeeders- Noël dans le vent

Noël dans le vent des années 60 avec nos « Breast » préférés. À écouter dans la tempête d’hier.

http://www.lesbreastfeeders.ca/fr/2012/12/a-new-song-for-christmas/

Mononc’ Serge- Noël est un jour comme les autres

18 ans et plus.

5- Choisissez vos party

Ce n’est pas un devoir d’aller à votre party de job s’il risque d’être aussi plate que vous rendu là. Pas plus pour votre copine d’aller se faire pogner les cuisses chez votre mononc Gaétan qui a trop bu de Caribou. À une époque dangereuse comme la notre, une excuse idiote est si rapidement trouvée… Accident de tourtière, allergie au sapin, internement psychiatrique…

Choisissez vos fêtes. Et vos excuses.

Ah tiens, à ce sujet, on organise notre troisième « party de bureau » des Bad Mojo Nights au bistro-bar la Cuisine ce jeudi le 19 décembre.

On a décidé de fusionner une soirée canadienne avec une guitare électrique et de mettre le rock « n » roll à l’honneur. Il y aura des prix de présence, des costumes, des hors d’oeuvres, de la bière pas chère et la présence de Burlestacular. Vous devriez venir.

Là, vous-vous dites « voyons, est-ce qu’il vient d’écrire un blog entier sur Noël juste pour mousser son événement ? »

Ben tsé, un blog, c’est un peu comme une pignata…Tant qu’à se faire la main dessus, aussi bien mettre ce qu’on veut dedans…

À l’année prochaine !

2 commentaires
  • egagropile
    22 décembre 2013

    le barbu sur la croix comme tu l’appelle …Tu le reverras un jour ….et tu regreteras

  • Gabriel Marquis
    22 décembre 2013

    Si j’étais croyant, je vous répondrais que Dieu va me juger sur mes actes et non sur des mots que j’ai utilisé pour décrire son fils, effectivement barbu et mort sur la croix. Par contre, vos propos sont à la limite hargneux et menaçants. Ce n’est pas très « catholique »…Ou oui, en fait. Et c’est une des raisons qui expliquent mon athéisme.

    Joyeux Noël.

Tour d'ivoire

Gabriel Marquis

Du haut de ma tour, je ne juge rien. J'suis pas nécessairement l'exemple qu'on donne aux enfants.

RUBRIQUES